“Sur le trépas de Salmon Macrin” de Scévole de Sainte-Marthe

L’eternel Temps de degré en degré
Conduit les pas de noz promptes années,
Et à chaque âge a ses loix ordonnées
Pour les façons qu’il faut suyvre à son gré :

Ainsi Macrin jeune & deliberé
Chanta d’Amour les folastres menées :
En l’âge d’homme il chanta les armées
Du dernier Roy par la France pleuré.

Grave en vieillesse il chantoit du Messie
Les faict, la mort, & la suyvante vie.
Quand au doux vent d’un si divin parler,

Qui resentoit son immortel merite,
Il se traça la voye parmi l’ær,
Qui dan’ les Cieux a son ame conduite.

Voir cette page.

Version modernisée

L’éternel Temps de degré en degré
Conduit les pas de nos promptes années
Et à chaque âge a ses lois ordonnées
Pour les façons qu’il faut suivre à son gré.

Ainsi Macrin, jeune et deliberé,
Chanta d’Amour les folâtres menées.
En l’âge d’homme, il chanta les armées
Du dernier Roi par la France pleuré.

Grave en vieillesse, il chantait du Messie
Les faits, la mort et la suivante vie.
Quand au doux vent d’un si divin parler,

Qui ressentait son immortel mérite,
Il se traça la voie parmi l’air,
Qui dans les Cieux a son âme conduite.

%d blogueurs aiment cette page :